« Surtout, ne votez pas pour moi! »

 alt=Depuis plusieurs mois, ils et elles vous le disent en long, en large, et sur des milliers d’affiches et de tracts: « Votez pour moi ». C’est le fondement même d’une élection, qu’elle soit régionale, fédérale, ou européenne: des candidates et de candidats se présentent sur les listes, dans le but de recueillir un maximum de voix. Et celles et ceux qui récoltent le plus grand suffrage sont élu(e)s.

A quelques heures du scrutin, Damien Capart, lui, demande… de ne pas voter pour lui! Un comble… Si on ose la comparaison sportive, c’est comme si Marc Wilmots, lors de la finale de la coupe du monde de football qui opposerait (opposera?) la Belgique à l’Espagne, demandait à Eden Hazard, qui n’a plus qu’à pousser le ballon dans les filets de Casillas, … de ne pas marquer!

Damien Capart fait partie du Mouvement de Gauche, jusqu’ici en tous cas… Il est officiellement sur la liste du Parlement wallon pour la circonscription de Namur, au titre de 1er suppléant. Dans une lettre adressée à la presse et à des connaissances, il écrit officiellement: « Je demande aux électeurs de NE PAS voter pour moi, ni pour d’autres candidats du Mouvement de Gauche (MG)« . Singulier, non? Etant officiellement inscrit, il ne peut se retirer de la liste d’ici dimanche. Il sera donc candidat, mais annonce qu’il démissionnera dès le lendemain des élections.

Damien Capart avance évidemment quelques explications. Dans ses propos, on sent une véritable déception par rapport à son parti. « En fait, il y a beaucoup de problèmes dans ce parti, (…) des problèmes de démocratie« , dit-il. Les voici, en vrac:  » lors du vote des co-présidents, des mineurs d’âge ont voté, il y a des suppositions de faux certificats médicaux, et donc de faux votes par procuration », (…) « le comité fédéral s’est mis à dos tous les autres partis « à gauche de la gauche », comme disent si bien les médias (et alors que c’est la véritable gauche), en les critiquant négativement, en les insultant même lors de certains débats télévisés« , et Damien Capart de préciser: « Quand on fait de la politique, il faut pouvoir s’entendre avec tout le monde, en commençant par « ses semblables«  ». Autre grief: « Il y a eu des décisions votées démocratiquement au Comité fédéral qui n’ont pas été respectées. Par exemple, il était interdit d’aller distribuer des tracts lors de la première réunion du parti Vega. Evidemment, cette consigne n’a pas été respectée (…). »

Ceci dit, Damien Capart veut aller au-delà de ces propos, et il veut rendre sa démarche utile. C’est ainsi qu’il termine sa missive de la sorte: « Je vous demanderai également de ne pas voter blanc mais pour un parti minoritaire de votre choix. En votant blanc, vous favorisez les partis traditionnels qui nous gouvernent« .

Puisse son message être entendu par ses camarades, et… pourvu qu’Eden Hasard marque si la Belgique va en finale!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.