Réouverture des musées : une petite bulle d’air pour le secteur

À Partir de ce lundi, les musées peuvent à nouveau accueillir du public ! Une petite bulle d’air pour ces acteurs culturels. Mais ils manquent encore d’oxygène pour vivre normalement. En attendant des jours meilleurs, les musées de notre province s’organisent !

« Les musées peuvent rouvrir leurs portes pour autant que les billets s’achètent en ligne ou par téléphone ». Cette déclaration de la Première Ministre Sophie Wilmès (lors du dernier conseil national de sécurité) a dû soulager les responsables de musée. Un ouf de soulagement mais un petit ouf  car cette réouverture se fera dans un contexte toujours particulier : limitation du nombre de personnes à l’intérieur, mesures d’hygiène et de distanciation sociale, … 

Le Musée Rops et le TreMa reprennent du service

Fermés depuis la mi-mars, les musées provinciaux de Namur auront pris la poussière mais pas une ride. L’œuvre de Rops demeurera toujours belle à voir et le Trésor d’Oignies fera toujours rêver les plus rêveurs d’entre nous. « Mais quelques aides à la visite ne seront pas encore possibles» avance Geneviève Lazaron, la députée provinciale en charge de la culture « car le Musée Rops et le Musée des Arts anciens du Namurois ne pourront pas exploiter par exemple des audio-guides ou encore des tablettes normalement accessibles à toutes et tous ! ».

Au Musée Rops, pas question par exemple que des visiteurs et visiteuses partagent les masques de réalités augmentées qui permettaient de voir des œuvres en 3D. C’est une question d’hygiène, évidement, vu le contexte sanitaire. Signalons que votre contemplation des œuvres de l’artiste namurois sera limitée à une heure maximum. Les réservations devront se faire en ligne ou par téléphone. « Mais il y aura moyen d’improviser sa visite au musée si vous passez devant. Il suffira juste de téléphoner au numéro inscrit à l’entrée. Et il y aura peut-être de la place à ce moment-là ou dans la demi-heure ! » avance Véronique Carpiaux, la conservatrice du musée.

Le Delta cassé dans son élan

Le jour de son inauguration en septembre dernier, le Delta ne pouvait pas imaginer une seule seconde que sa jeune fougue serait freinée par un plus petit que lui. Le coronavirus aura ralenti son élan culturel naissant. Bonnes nouvelles pour ce nouveau temple namurois de la culture : les espaces d’exposition vous souhaiteront à nouveau la bienvenue si vous portez un masque (obligatoire pour les plus de 12 ans), tout en respectant un sens de circulation spécifique.

L’accès à l’exposition Peter Saul se fait sur réservation, soit via la billetterie en ligne, soit par téléphone (081 77 67 73). Seules les visites individuelles sont autorisées. Il n’y a donc pas de visites de groupes ni de visites guidées organisées.

Le ciel n’est pas encore au beau fixe dans le sud 

Le sud de notre province abrite aussi des musées. Le Musée du Malgré-tout à Treignes a la gueule bois après quelques semaines de fermeture. Il rouvrira ses portes dès ce lundi moyennant toutes les précautions d’usage. Mais Michaël Horevoets, conservateur faisant fonction, est lucide : « Nous ne rattraperons pas ces semaines de fermeture. Normalement, à cette période de l’année, on aurait déjà dû engranger entre 6 000 et 7 000 entrées payantes. Ici, on n’est qu’à 823 seulement !  Avec cette reprise particulière, on ne s’attend pas à voir grand monde». Une perte pour le musée qui comptait réaliser de nombreux investissements : « On avait prévu 150 000 euros de travaux. On voulait revoir la salle d’exposition, commander de nouvelles vitrines, installer une yourte dans le parc à côté pour y faire un espace d’ateliers, …  Certains investissements vont devoir être reportés. ». Pour atténuer la douleur causée par cette crise sanitaire, Michaël Horevoets espère que la Fédération Wallonie-Bruxelles viendra au chevet de son musée.

« Et je n’entends pas siffler le train ! », cela pourrait être la complainte d’un autre musée du sud. Celui du Chemin de fer à vapeur des trois vallées. Là, la situation a généré du flou puisqu’il y a à la fois une association qui gère l’attraction touristique (un train à vapeur qui circule sur 14 kilomètres entre Treignes et Mariembourg) et une autre qui gère le musée. « Je viens d’apprendre que les deux activités devront rester fermées, y compris donc celle du musée. » Pourquoi ? « Parce qu’elles sont considérées dans leur globalité comme attraction touristique.» nous déclare, déçu, Benoît Thomé. Mais le directeur des réseaux du chemin de fer à vapeur et de son musée prévient : « Dès que l’on aura le feu vert, on pourra rouvrir dans des délais très courts ! ».

Les musées n’étaient pas à l’arrêt pendant le confinement

Si le public n’a pas pu fréquenter les musées pendant le confinement, leurs couloirs ne sont pas pour autant rester vides. Au Musée du Malgré-tout, on en a profité pour remettre quelques éléments en état.

Dans la capitale wallonne, « le Musée Rops ne s’est pas arrêté pendant ces semaines difficiles » insiste la députée provinciale Geneviève Lazaron. Le personnel a continué l’inventaire des lettres de Rops, une visite virtuelle a été mise en place avec le mentaliste Benjamin Ghislain, une autre en compagnie des bonimenteurs. « Deux expériences qui seront reconduites du 21 au 24 mai » se félicite la conservatrice Véronique Carpiaux. Preuve que le covid n’a pas altéré l’imagination des acteurs culturels. Mais pour que cette imagination puisse à l’avenir profiter à toutes et tous, il faudra que les pouvoirs publics soutiennent ce secteur durement touché par la crise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.