Quelles solutions pour garder ses enfants?

Les enfants de télétravailleurs ne sont pas logés à la même enseigne que les enfants de travailleurs. D’après la ligue des familles, des écoles refuseraient d’accueillir la première catégorie au motif que leurs parents sont disponibles pour s’occuper de leurs enfants. La Ligue propose une solution: un système de priorités.

« Pourquoi des garderies refusent nos enfants? » Cette plainte émanant de parents-télétravailleurs, la Ligue des familles dit en recevoir beaucoup!  Des écoles n’accepteraient pas de les accueillir au motif que  ces parents sont « disponibles » pour s’occuper de leurs enfants. La Ligue des familles propose à la Ministre de l’Education un système de priorités pour l’accès aux garderies scolaires. Objectif : que tous les parents qui en ont besoin, puissent y inscrire leurs enfants tant qu’il reste de la place.

Télétravailler avec de la joyeuse marmaille pleine de vie dans les parages, n’est pas un jeu d’enfant! Dans un communiqué de presse, Christophe Cocu, Directeur général de la Ligue des familles souligne qu’il s’agit pourtant d’un vrai travail à temps plein, qui nécessite concentration et disponibilité:  » C’est donc extrêmement compliqué à combiner avec la garde d’enfants, en particulier des plus jeunes. Or les jeunes enfants resteront encore longtemps à la maison puisque les classes de maternelles ne reprendront probablement pas avant septembre. »

Interprétation d’une circulaire

En ce qui concerne les garderies, la circulaire de la Ministre de l’Education ne précise rien quant aux parents en télétravail. Mais selon la Ligue des familles,  certaines écoles l’interprètent de manière restrictive et considèrent que ces parents peuvent s’occuper de leurs enfants. Interrogé par la Ligue des familles, le cabinet de la Ministre aurait confirmé (NDLR/ Nous attendions toujours une confirmation à l’heure où cet article a été rédigé) que les garderies étaient destinées aux parents qui travaillent à l’extérieur de chez eux.

Avec le déconfinement, sans doute que de plus en plus d’enfants reprendront le chemin de la garderie.La Ligue des familles comprend la nécessité d’éviter leurs saturations des garderies. Elle propose une solution pour ne pas oublier les « télétravailleurs baby-sitters : « Etablissons un système de priorités, donnant d’abord accès aux garderies aux enfants de familles monoparentales et aux enfants dont les parents travaillent à l’extérieur de chez eux, ainsi qu’aux enfants en situation sociale difficile comme prévu actuellement, puis aux parents en télétravail en fonction de la place disponible » propose Christophe Cocu.

La Ligue des familles propose que la partie de la circulaire de la Ministre relative aux garderies soit réécrite. D’abord, pour mieux faire apparaître l’ordre de priorité. Ensuite pour garantir l’accès à tous, tant que les conditions sanitaires le permettent (et donc tant que le nombre d’enfants à la garderie reste gérable) : « Cela permettrait d’éviter que des parents restent dans l’embarras alors que de nombreuses garderies sont encore loin de la saturation ».

Autre alternative: garderie « multifamiliale »

Pour les parents qui ne souhaitent pas remettre leurs enfants dans une garderie scolaire, existe-t-il d’autres possibilités? Pour l’instant, non! Mais une solution défendue par la ministre de l’éducation, Caroline Désir, pourrait intéresser plusieurs parents saturés de travailler avec des enfants à côté. La ministre socialiste propose que quatre familles, toujours les mêmes, puissent s’organiser pour garder leurs enfants à tour de rôle. La Ligue des familles soutient cette mesure, dans le cadre d’un éventail plus large de solutions pour les familles.

Une solution parmi d’autres? Christophe Cocu, directeur général de la Ligue des Familles l’espère: « De nombreux parents ne souhaitent pas mettre leurs enfants en garderie, que ce soit parce qu’ils ont peur, parce que les enfants sont trop jeunes ou d’autres raisons qui leur sont propres, . La Ligue des familles est demandeuse d’un éventail de solutions pour les familles, dont la solidarité entre familles peut faire partie, tout comme la garde des enfants par des proches, le baby-sitting et bien sûr, et avant tout, un congé correctement rémunéré ». Un congé coronavirus a bien été mis en place mais il n’est pas encore accessible aux parents. Des parents qui, comme beaucoup, espèrent rapidement un retour à la normal pour eux mais aussi … pour leurs enfants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.