Un budget responsable et de transition


A Profondeville, le nouvel échevin des finances de la majorité MICS-Ecolo-PS a présenté son premier budget communal. Un exercice exécuté deux semaines après le renouvellement des instances communales. L’objectif étant de permettre le bon fonctionnement de l’administration et de disposer rapidement des moyens nécessaires pour la poursuite de différents projets déjà entamés.

Fort de son expérience professionnelle en tant qu’analyste financier à la Ville de Namur, Jean-Sébastien Detry a présenté son premier budget communal avec beaucoup d’assurance. Le nouvel échevin des finances a tout d’abord souligné le travail de la majorité sortante, qui a laissé une situation financière saine avec des comptes 2017 et une prévision du budget final de 2018 en boni, ainsi que des réserves et provisions de plusieurs centaines de milliers d’euros. A l’ordinaire, le budget 2019 est de 13.184.230, 58 euros. Les dépenses de personnel représentent plus de 5 millions d’euros de ce montant. Celles liées au fonctionnement de l’administration avoisinent les deux millions et demi d’euros. Quant aux dépenses de transfert annuelles, un montant total de près de quatre millions d’euros est alloué au CPAS et aux zones de Police et de secours NAGE. En terme de recettes, le budget s’appuie principalement sur le fond des communes et les rentrées liées aux taxes, à savoir 8% pour l’Impôt sur les Personnes Physiques et 2600 centimes additionnels en ce qui concerne le précompte immobilier. Des taxes inchangées et que la majorité « tentera de maintenir dans les exercices futurs » explique Jean-Sébastien Detry, qui tient compte des réserves et provisions communales. Le citoyen sera par ailleurs impacté avec une hausse de la taxe sur la collecte et le traitement des déchets ménagers, soit une augmentation de 1,6 euros par personne. Il s’agit là de l’une des dernières décisions de la majorité sortante prise le mois dernier.

Derrière les chiffres, des projets

Le budget extraordinaire, c’est un programme d’investissements. Pour cette nouvelle législature, une enveloppe globale a été fixée. Un cinquième de ce montant est alloué au budget 2019 précise l’échevin des finances. « L’exercice 2019 se veut responsable et transitoire. Un temps de pause est nécessaire, notamment en ce qui concerne les voiries. Les compétences et le casting de l’exécutif se voient modifiés aujourd’hui. Nous posons les jalons d’une législature ambitieuse ». On comprend donc que le nouveau collège communal doit intégrer cette nouvelle répartition des attributions. Parmi les projets concrets, on retiendra la phase 2 des trottoirs de la Rue Gemenne. La réinscription du projet du quartier de la gare de Lustin, les travaux de transformation de l’école de Rivière ou l’installation d’une rampe d’accès à la salle de Rivière.

La maison de la culture, terminée en octobre 2019

Dans les montants prévus à l’extraordinaire, 500.000 euros seront aussi consacrés aux phase 3 et 4 de l’aménagement de la maison de la culture de Profondeville. C’est notamment pour ce projet que le budget 2019 devait être bouclé rapidement. Les délais doivent être respectés afin que les associations qui gravitent autour de l’outil puissent reprendre leurs activités. Parmi elles, le centre culturel Le Herdal occupe le site de manière régulière. L’association a déjà programmé ses nouvelles activités. Pour rappel, un accident avait remis en question l’utilisation et la stabilité du bâtiment. Après une fermeture qui a duré deux ans puis la mise en oeuvre des travaux de remise aux normes, les phases finales vont pouvoir être exécutées. Une fermeture des arcades est prévue, une rampe d’accès, des sanitaires accessibles aux personnes à mobilité réduite, de même que l’aménagement d’une cuisine équipée. Ces travaux sont annoncés au printemps. Cent jours ouvrables sont prévus, l’inauguration est attendue en octobre 2019.

L’opposition Peps, constructive face à ce premier acte majeur de la législature

Sur les bancs de l’opposition, les élus du groupe PEPS ont commenté ce budget 2019. Victoria Gaux a tout d’abord remercié le personnel communal pour le travail fourni dans de courts délais. Le groupe a préféré s’abstenir sur le budget ordinaire, considérant que « le vent de fraîcheur souffle mais pas partout ». La conseillère communale s’est exprimée en terme de regret et non de reproche. Le budget extraordinaire a quant à lui été adopté à l’unanimité. Une attitude positive logique pour la minorité qui s’était déjà prononcée en faveur des projets reconduits.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.