Transition: les freins et les leviers pour enclencher l’action!


ONLY WEB

« Le Vent se lève! ». C’est l’intitulé de l’Université d’Inter-Environnement Wallonie qui s’est tenue mardi à Namur. Au menu: des conférences, des débats avec des politiques mais aussi des ateliers. Parmi ceux-ci, un atelier consacré à la psychosociologie. Un atelier qui s’est penché sur les obstacles et les leviers pour enclencher l’action. C’est que participer aux changements, partir en transition n’est pas si simple que ça !

Réimaginer, reconstruire notre monde, cela ne se fait pas en deux coups de cuiller à pots! Avant l’action, il faut pouvoir passer le cap de certains freins psychosociaux auxquels l’être humain est confronté! « Dans ce domaine, l’homme fait face à des lois de l’inertie! «  prévient d’emblée un des animateurs de l’atelier. Un animateur bien connu puisqu’il s’agit d’Olivier De Schutter, ancien Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation. Ce Professeur de droit international à l’UCL qui ne prend plus l’avion, essaye de contribuer à changer le monde. Son exposé a tenu en haleine le public. Si une mouche était passée par là, elle se serait arrêtée pour écouter son discours.

Les lois de l’inertie!

Face au cri d’alarme lancé par la communauté scientifique du GIEC (qui regroupe 2000 experts du climat), comment expliquer que de nombreuses personnes ne changent pas leur comportement ou ne se sentent pas concernées par les enjeux climatiques? Olivier De Schutter énonce 10 lois de l’inertie qui empêche d’adopter des comportements qui seraient bénéfiques par exemple pour notre planète! Première loi: « Nous déployons des trésors d’imagination afin de réduire la souffrance que cause l’écart entre ce que nous savons et la manière dont nous agissons!  » Exemple: un fumeur sait que fumer tue. Mais au lieu d’arrêter, il va prendre des cigarettes light! L’individu est condamné à ne pas changer alors? « Non » avance Olivier De Schutter, « lorsque l’écart entre nos actes et nos connaissances est trop important, cela crée des  tensions psychologiques trop fortes! » Ces tensions trop fortes se transformeraient alors en levier pour agir ?  L’animateur est passé par là: « Un jour,  je devais tenir un discours à New-York. J’étais en route vers l’aéroport. Je me suis dit que je n’allais pas faire le trajet Bruxelles-New-York rien que pour ternir un discours!  Alors, j’ai rebroussé chemin et j’ai fait une vidéo-conférence depuis chez moi. Depuis ce jour-là, je ne prends plus l’avion! « 

Ignorance des risques et excès d’optimisme

« L’homme est irrationnel dans sa conception des risques ». On a beau multiplier les informations inquiétantes sur le climat, l’individu se met comme des œillères. Olivier De Schutter cite un exemple pour illustrer ce propos: « Le documentaire d’Al Gore – la vérité qui dérange- n’a pas diminué pour autant le nombre de climatosceptique! ». Non seulement, l’homme est programmé pour ignorer certains risques mais en plus il pèche par  excès de confiance pour trouver des solutions! C’est ce qu’on appelle le biais d’optimisme : « Beaucoup de personnes ont une grande foi dans les nouvelles technologies! Elles sont persuadées qu’elles vont sauver notre monde (développement des énergies renouvelables par exemple) ».

La crainte de la perte provoque l’immobilisme!

Autre loi de l’inertie: « Nous attachons plus d’importance à ce que nous possédons qu’à ce que nous pourrions gagner au changement! ». Un exemple: les énergies fossiles sont la source d’important gaz à effet de serre qui provoque le réchauffement climatique (Un degré en plus depuis 1850! selon Jean-Pascal van Ypersele qui a présenté le rapport spécial du GIEC juste après cet atelier). « Si on dit aux gens, qu’on va supprimer les énergies fossiles, ils vont surtout avoir peur de ne plus avoir de pétrole pour rouler en voiture. Ils ne voient que cette perte alors qu’ils pourraient penser aux gains que l’abandon du pétrole amènerait sur la santé, sur l’environnement, etc… » argumente Olivier De Schutter.

Un petit pas qui occulte les autres à réaliser!

La réalisation d’un acte individuel moralement valorisable dans un domaine légitime des actes qui le sont moins dans d’autres par un effet de compensation morale! Exemple cité par Oliver De Schutter: « Si vous vous déplacez à vélo d’un côté, mais que de l’autre, vous prenez régulièrement l’avion, le premier comportement vertueux fait en sorte qu’on ne se culpabilisera pas pour notre comportement néfaste qu’est de voyager en avion! ». Cette loi de l’inertie n’a pas manqué de faire réagir une dame dans le public pour qui « les immaculés climatiques n’existent pas! « 

 

 

Les autres bougeront à ma place!

« Nous restons immobiles tant que d’autres peuvent agir à notre place! «  C’est un véritable piège pour aller vers la transition souligne Olivier De Schutter pour qui chaque individu à un rôle à jouer: Et pour encourager le changement, au niveau individuel, Olivier De Schutter propose un congé de transition écologique:  » Il existe bien un congé parental pourquoi pas octroyer un congé à toute personne qui se lancerait  dans un projet de transition reconnu par la société en lui garantissant par exemple 80% de son salaire pendant un an ». Même philosophie dans l’idée du co-animateur de l’atelier, Josué Dusoulier. Ce formateur au réseau transition plaide pour la création d‘une allocation de reconversion écologique  pour toute personne qui voudrait lancer une activité locale soucieuse par exemple du circuit court (maraîchage, magasin bio, …)

 

 

Il ne faut pas être nombreux pour bouger les lignes.

Pour construire un nouveau monde comme le souhaitent les élèves qui se mobilisent pour le climat, il ne faut pas être nombreux affirme Olivier De Schutter. S’appuyant sur des études psychosociales, il avance que si un quart de la population change  ses comportements, elle peut convertir tous les autres! Et à l’ex rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l’alimentation de conclure en citant Ghandi :  « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde! »

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. myriam Clerbaux dit :

    Un bon article, qui met le doigt sur nos stratégies de résistance face aux nécessaires changements climatiques

    my cl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.