Rencontre « écoles-climat »: les politiques tentent de répondre aux interrogations des jeunes


ONLY WEB

Une centaine d’écoles représentées, près de 300 élèves dans un auditoire namurois. La rencontre « écoles-climat » lancée à l’initiative de la ministre de l’éducation Marie-Martine Schyns a rencontré un beau succès . « Succès », ce mot n’est pas utilisé par la dizaine de jeunes que nous avons rencontrés lorsqu’on évoque le débat sur le fond. Les élus présents ont parlé de sujets divers et variés pour le bien-être climatique: taxer la pollution, développer la mobilité, etc…. Petit tour de l’argumentaire politique développé devant les écoliers!

 

Rencontre "écoles-climat": les politiques tentent de répondre aux interrogations des jeunes

Ils avaient soif de réponses! Certains sont repartis avec un goût de sécheresse dans la bouche! Quelles mesures prendre en faveur du climat? Les questions sont nombreuses chez les jeunes qui avaient dû envoyer leurs questions au cabinet Schyns afin de structurer le débat, « de le cadenasser » nous glisse un jeune dans la salle. Cadenasser ou pas, il y a eu du fond malgré quelques piques électorales signe tangible du réchauffement politique à l’approche des prochaines élections.

Faites bouger la mobilité!

Le transport est un véritable fléau pour notre planète! Pas étonnant que la mobilité soit souvent revenue dans les questions des jeunes. Que répondent les partis par rapport à cette problématique? Raoul Hedebouw (PTB), gagnant à l’applaudimètre hier, propose la gratuité des transports. Une proposition qui n’est pas soutenue par le cdH Carlo di Antonio: « La gratuité, cela a un coût pour la collectivité ». Et au ministre wallon en charge des transports d’argumenter: « Toutes les études montrent que la gratuité des transports ne fait pas monter une personne de plus dans le bus!« . Raoul Hedebouw rétorque: « 110 villes européennes offrent un transport gratuit! Pourquoi ne pourrait-on pas le faire? ». Sarah Schlitz, députée fédérale Écolo enchaîne: « la transition écologique doit être solidaire. On ne peut pas à la fois augmenter les accises sur le diesel et en même temps fermer les petites gares! ». Concernant les gaz à effet de serre roulant (= les voitures), Carlo di Antonio donne une statistique qui interpelle:  »  Un tiers des déplacements en voiture est effectué pour des trajets de moins de trois à quatre kilomètres. Il faut développer la micro-mobilité! ». Comment? Le ministre dresse le constat mais ne donne pas de pistes.

Des mesures impopulaires sont nécessaires!

Face à l’urgence climatique (que « certains osent encore nier » scande Olivier Maingain (DéFI), il faut prendre des mesures impopulaires. Certains propos de Paul Magnette (PS) risquent d’amener  les inconditionnels de l’automobile à appuyer sur l’accélérateur de la colère: » Lorsqu’on réaménage des voiries, il faut l’adapter  à l’ère du temps. Construisons un trottoir, une bande bus, une bande pour les vélos et s’il reste de la place , on mettra une bande pour les voitures!« . « Prenez des mesures impopulaires en faveur du climat! », c’est ce que demandent notamment des jeunes lors des marches pour le climat. Paul Magnettte affirme déjà en prendre au niveau de Charleroi dont il est bourgmestre.

 

 

Taxer la pollution!

Parmi les thèmes abordés dans le débat: la fiscalité. Comment la fiscalité peut-elle devenir un bouclier protecteur de notre planète? Proposition souvent entendue chez les jeunes climarcheurs: taxer le kérosène des avions! « C’est une bonne idée » répond Paul Magnette, « mais cela n’aurait pas de sens de le faire à l’échelon wallon car les avions iraient faire le plein ailleurs. Cette mesure doit être européenne!« . Olivier Maingain prône l’instauration d’une TVE, entendez une taxe sur la valeur environnementale. L’idée est qu’un produit soit taxé en fonction de son empreinte qu’il laisse sur l’environnement. Autre proposition d’Oliver Maingain: mettre fin aux voitures « salaires », véritable incitation à rouler sans modération. Autre incitation qui ne doit pas faire plaisir à Madame Climatique: les permis de polluer  Pour Raoul Hedebouw, « il faut abroger ce système (ETS) et le remplacer par un système beaucoup plus contraignant quand on voit qu’en Belgique, 306 multinationales sont responsables de 40% des émissions de gaz à effet de serre! »

 

 

 

Des milliards d’euros et un million d’arbres!

« On a mis 2500 milliards sur la table pour sauver les banques lorsqu’elles étaient en crise, pourquoi ne pas en faire autant! » propose le MR Jean-Luc Crucke. Le ministre wallon du climat qui appelle à la création d’une banque européenne pour le climat, est rejoint (si,si) en ce sens par Paul Magnette (PS) pour qui le coût de la transition écologique s’élèvera à 1000 milliards en Europe (NDLR: sur combien de temps?), 40 milliards en Belgique dont 15 rien que pour la Wallonie! Où aller chercher cet argent? « On peut aller chercher dans notre pays 30 milliards dans la fraude fiscale » dixit le socialiste carolo.

Pas question de milliards mais plutôt de millions lorsqu’on évoque la biodiversité. Carlo di Antonio, le ministre wallon de l’environnement, a proposé de planter un million d’arbres en Wallonie lors de la prochaine législature. Comme ces futurs arbres, les jeunes espèrent que leurs idées finiront par s’enraciner durablement dans les programmes politiques. Il y a encore du chemin à parcourir tant le défi climatique semble immense!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.