Gesves: un budget « pompier » pour la nouvelle majorité!

À Gesves, le premier exercice budgétaire de la bipartite RPG+/Écolo s’apparente à un exercice d’urgence! La dette s’emballe, les dépenses du personnel explosent! Autant d’exemples qui amènent la majorité à augmenter les impôts! Une première depuis 1997!

Si le budget gesvois 2019 devait être un phénomène climatique, ce serait une sécheresse! Dire qu’il ne pleut pas de deniers sur cette commune est un euphémisme! Un exemple: le fonds de réserve (bas de laine de la commune) s’élève à 48… cents! « Je préfère ne pas y toucher » a déclaré le Bourgmestre de Gesves  » pour pas qu’on nous accuse de l’avoir vidé! ».

Les impôts vont augmenter!

Pour le nouveau mayeur, Martin Van Audenrode, les mauvaises surprises sont là : « On est obligé de prendre nos responsabilités! Nous n’avons pas d’autre choix que d’augmenter les impôts! (NDLR: impôt sur les personnes physiques et le précompte immobilier).  La majorité préfère passer par ce biais là que par une augmentation des taxes. Signalons que l’IPP passera de 7,5 à 8,5% ce qui représente pour un ménage aux revenus moyens avec deux enfants une soixantaine d’euros.

 

 

Du côté de l’opposition, le groupe GEM dénonce l’augmentation des impôts pour les Gesvois! Le plus virulent sur le banc de l’opposition est André Bernard: « Le fédéral a diminué la pression fiscale sur les citoyens en leur permettant d’améliorer leur pouvoir d’achat et maintenant ce sont les communes qui reprennent d’un côté ce que le fédéral a donné de l’autre! ».  Réplique de Martin Van Audenrode: « ici, c’est un budget pompier! Si on éteint pas l’incendie, c’est toute la maison communale qui va brûler! » Lors de son intervention, José Paulet, ancien mayeur et responsable des finances communales, a stigmatisé cette augmentation de l’IPP.

 

 

Des mesures d’économie au nom de l’équilibre!

Pour atteindre l’équilibre, la nouvelle majorité a dû faire divers sacrifices dans des domaines variés:  le non-remplacement des départs à la retraite d’agents communaux, la suppression des primes de naissance ou encore la suppression d’un programme d’aides pour indépendants et PME. Sur ce dernier point, Simon Lacroix de l’opposition est monté sur le balcon des mécontents!

 

 

Strict minimum pour les investissements!

« La dette que vous nous reprochez aujourd’hui, se transformera demain en fruit dont vous bénéficierez! » lâche José Paulet au moment d’aborder le budget extraordinaire.  Une phrase qui a suscité une moue dubitative du mayeur qui rétorque à son prédécesseur:  » la dette s’emballe de façon inquiétante dans un mouvement qu’on ne peut plus arrêter! C’est pour cette raison qu’au niveau des investissements, ce sera le strict minimum! » (NDLR: les dépenses liées à la dette sont passée de 930.000 euros en 2012 à 1.450.000 euros en 2018).

 

 

Harry Potter contre Voldemort?

Les débats sont parfois l’occasion de quelques répliques bien placées. Les Gesvois auraient-ils pu imaginer qu’un jour Harry Potter puisse éventuellement siéger dans l’assemblée démocratique gesvoise? Tout part de propos de José Paulet:  » La majorité augmente les impôts pour réaliser son programme électorale « mégalomaniaque ».  Martin Van Audenrode réplique:  » merci pour les 48 cents que vous nous avez laissés dans le fonds de réserve! « . José Paulet: « la commune n’est pas une banque! » (sous entendu elle n’a pas à thésauriser). Ultime salve dans le Poudlar gesvois de la part de Martin Dumbledore:  »  Si vous étiez le Harry Potter des finances communales, cela se saurait! » Nous n’avions pas vérifier si José Paulet avait une cicatrice au front !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.