cdH : Maxime Prévot devient le président de son parti


Sans surprise, Maxime Prévot a été élu, ce samedi, président du cdH lors du congrès du parti qui se déroulait à Louvain-la-Neuve. Il succède, ainsi, à Benoît Lutgen. Quatre autres candidats se présentaient mais n’ont pas fait le poids face au namurois qui a remporté 85% des voix. Un millier de militants s’étaient déplacés pour l’occasion. Retour sur les coulisses de cette élection.

 

Cinq membres avaient présenté leur candidature pour succéder à Benoît Lutgen à la présidence du parti. Tous ont, donc, eu l’occasion de détailler leur projet et de répondre aux questions des militants. C’est par ordre alphabétique que François-Xavier Blanpain, Arthur Defoin, Bashiru Lawal, Jan Lippens et Maxime Prévot se sont succédés à la tribune. Ces candidats ont eu 10 minutes pour convaincre le millier de membres qui s’était déplacé pour l’occasion. Voici la prestation du candidat namurois.

 

Maxime Prévot partait comme favori. Un statut qui s’est confirmé tout au long de la procédure électorale. L’applaudimètre à l’issue de sa prestation n’a pas menti. Le bourgmestre de Namur a, donc, été élu avec 85% des voix. Après le discours du président sortant Benoît Lutgen ovationné par le public, son successeur est remonté à la tribune. Pendant 45 minutes, il s’est à nouveau adressé à son assemblée. « Etre justes et audacieux, pour faire gagner tout le monde. C’est l’heure de l’humain ! » a-t-il déclaré. Il s’est d’abord adressé à Benoît Lutgen, puis aux autres candidats avant de développer son projet, mettant en avant les forces du cdH et ne manquant pas d’inscrire sa patte dans de nombreuses matières. « C’est plus que jamais l’heure du cdH. Un cdH promouvant la justice, l’équité, l’effort, la solidarité, l’éducation, l’initiative, la nature. C’est l’heure des Citoyens démocrates humanistes,… De l’audace, de l’audace, et encore et toujours de l’audace ! » a-t-il conclu.

Maxime Prévot, un magicien ?

Sur la question de son emploi du temps, le nouveau président du cdH se dit habitué à passer de courtes nuits. Enchaînant et cumulant différents mandats depuis ses débuts en politique, il se définit lui-même comme un magicien de l’agenda. Il cumulera, donc, son nouveau poste à sa fonction de bourgmestre a-t-il assuré, ajoutant même qu’il s’agit là d’un avantage de pouvoir rester connecté aux réalités de terrain. Les deux fonctions sont, selon lui, compatibles. Maxime Prévot, en revanche, a annoncé qu’il renoncerait à un mandat ministériel. Le bourgmestre de Namur occupera le poste de président de son parti jusqu’en 2024.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.