Bons voeux Province: réaction de l’opposition verte

Ce matin, la réforme des provinces menée au niveau wallon était au centre des discours des autorités provinciales à l’occasion de la cérémonie des bons voeux. Dans le public, les représentants Écolo de l’opposition. Les verts qui n’ont pas manqué de réagir parlent « d’un jeu de dupe et d’inactions de la part des autorités provinciales ». 

 

 

« A ce jour, le Groupe Ecolo au Conseil provincial ne peut que déplorer l’absence totale de de proactivité et d’engagements clairs et concrets dans le chef de la majorité provinciale. Il est d’ailleurs symptomatique que le directeur général ait reproché aujourd’hui aux collèges provinciaux successifs de n’avoir quasiment rien fait et anticipé depuis une dizaine d’années » souligne Ecolo dans un communiqué de presse.

Quels passages du discours de Valéry Zuinen (le directeur général) suscite cette analyse des verts?

Voici les extraits en question:

 

« Maintenant, il nous faut aussi passer de l’autre côté du miroir. Si je dois regarder les choses avec les yeux d’un Ministre des pouvoirs locaux, je dois avoir une vue franche et honnête des Provinces. Je dois pouvoir entendre toutes les critiques qui me sont adressées par les Provinces, et notamment du petit DG de la Province de Namur qui semble bien vindicatif. Mais eux aussi, ils doivent regarder dans leur assiette, car aucune critique n’est audible si elle ne commence par soi même.

Je leur dirais que la critique est facile, je reconnaitrais que la grande qualité des services provinciaux est incontestable, je reconnaitrais aussi que d’importants progrès en terme d’évolution de mode de gestion ont été réalisés.

Cependant, je leur demanderais de m’expliquer pourquoi.

Pourquoi alors que la gouvernance provinciale est critiquée depuis des années et des années, les provinces ne sont-elles pas devenues des modèles en la matière, plutôt que de voir toute évolution comme une punition, et de se poser systématiquement en victime par rapport à celle-ci.

Pourquoi la modernisation des modes de gestion n’est pas plus rapide ?

Pourquoi la confiance et l’autonomisation des services n’est-elle pas renforcée, par exemple, en concevant avec eux des programmes d’actions annuels et en leur laissant ensuite la responsabilité complète de les mettre en œuvre tant sur le plan des ressources budgétaires que sur le plan des ressources humaines ?

Pourquoi les processus provinciaux restent-ils aussi lourds ?

Pourquoi, alors que depuis des années tous les indicateurs montrent les difficultés importantes des zones rurales, n’y a-t-il pas une action plus forte en la matière ?

Pourquoi alors que les attentes des communes vis-à-vis de la Province sont nombreuses, celle-ci n’est-elle pas encore devenue la référence en matière de supracommunalité?

L’honnêteté intellectuelle nous impose d’être de bons comptes. Car oui la réforme qui nous est annoncée est humiliante, oui elle est politicienne, oui elle ne peut apporter que beaucoup plus de problèmes que de solution, mais si les Provinces sont encore aujourd’hui aussi menacées, c’est parce que malgré tout elles n’ont toujours pas su faire la démonstration de leur caractère indispensable.

Nous n’avons pas encore pu faire la démonstration de notre agilité, de notre aptitude à nous réformer rapidement pour anticiper les évolutions sociétales. » (Valéry Zuinen, directeur général de la Province de Namur) 

« 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Etes-vous bien un humain ? * Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.